QU’EST-CE QUE LE ZHINENG QI GONG?

Dr. Pang He Ming

Médecin de médecine chinoise et contemporaine
Formé par 18 maîtres de divers arts martiaux
1979 : crée une synthèse de Qi Gong avec le ZNQG
1988 – 2001 : Centre de recherche sur des malades avec l’unique utilisation de ZNQG
2001 – aujourd’hui : poursuit les recherches médicales sur les bienfaits du ZNQG

Bref historique du Qi Gong et données de base

C’est dans la période de la Haute Antiquité de la Chine (1766-1122 av. J.-C.) qu’apparaît le Daoyin (art de conduire le Qi), qui a été le début du Qi Gong : l’art de se maintenir en bonne santé.  Au cours de l’histoire, le Qi Gong a pris plusieurs formes dans diverses écoles.

Le Qi Gong va premièrement travailler sur les tendons et ligaments et assouplir les muscles pour permettre le libre passage de l’énergie. Plus notre structure est souple et plus l’énergie passe. Avec le vieillissement, nos muscles perdent de leur masse, ce qui vient tirer sur les tendons et la structure osseuse. Les tendons et les ligaments, en tension prolongée, vont créer des blocages sur les méridiens d’acupuncture. Après plusieurs années de blocage, il y aura répercussion au niveau des organes internes. C’est pourquoi la priorité de départ est d’assouplir les muscles et tendons et d’activer la circulation dans les os.

Comme chaque saison amène une énergie différente (hiver – les Reins, printemps – le Foie, été – le Cœur, fin d’été – la Rate, automne – les Poumons), les exercices vont aussi varier selon les saisons.

Le Qi Gong étant un art de la santé qui intègre toutes les facettes de l’être, les exercices respiratoires viendront aider le mental à se centrer. La respiration servira à éliminer les résidus de tensions émotionnelles accumulées, très souvent depuis de nombreuses années. Il est donc important d’y aller progressivement ; 20 minutes, 3 à 4 fois par semaine au début, et d’augmenter peu à peu.

Les propositions d’images et de couleur, tout comme l’endroit où se posent nos mains, sont des intentions qui agissent énergétiquement et amènent l’énergie au lieu proposé de façon suggestive. On court-circuite le rationnel pour se mettre dans un espace plus sensitif.

Les Qi Gong statiques sont importants pour permettre une réorganisation de l’énergie interne. Après avoir travaillé sur les articulations, la position statique permet de reconnaître l’espace qui se manifeste intérieurement. Nous découvrons de plus en plus l’espace par la désobstruction. Cette capacité s’agrandit avec la pratique qui s’approfondit, à mesure que les vieux réseaux de résistances physiques et émotionnelles cèdent.

Cet art de la santé qu’est le Qi Gong va donc aider à cultiver la souplesse de la pensée et l’ouverture du Cœur. Laisser circuler en nous, ne pas bloquer, va permettre une ouverture qui s’installera dans le reste de notre vie. L’écoute de ce qui se passe en nous, la non-résistance, le dénouement de tensions, voilà les fondements élémentaires du Qi Gong.

Collette Drapeau